Route du Désert et des Chartreuses

Cet itinéraire nous mène en grande partie au cœur de la région de Monegros. Découvrir, sur un territoire aussi vert que Huesca, l’une des steppes les plus grandes d’Europe, c’est être le témoin de l’un des prodiges de la nature : la diversité. Un paysage spectaculaire qui se transforme sous nos yeux en une explosion de formes et de couleurs. La steppe des Monegros se caractérise par l’un de ses principaux symboles, ses « torrollones », des formations géologiques créées par des siècles d’érosion, sur des sédiments qui, il y a des millions d’années, formaient le fond de la mer.

Les Monegros sont une destination idéale pour observer la faune et la flore des steppes, mais aussi pour les amateurs d’histoire, de traditions, de gastronomie, de tranquillité et d’aventure. Des enclaves telles que le monastère de Sijena, la chartreuse de las Fuentes, la Route Orwell à Alcubierre, les monolithes ou torrollones de Piracés ou la lagune de Sariñena, sont incontournables pour connaître ce surprenant territoire.

Renseignements utiles

  • Distance:
    324 km

    Temps estimé sans arrêts:5h 45 min

    Étapes recommandées: 3

Étapes recommandées

    1. San Mateo de Gállego-Route Orwell-Grañén
    2. Grañén-Villanueva de Sijena-Sariñena
    3. Sariñena-Chartreuse d’Aula Dei
    1. Cartuja Aula Dei – Sariñena
    2. Sariñena – Villanueva de Sijena – Grañén
    3. Grañén – Ruta Orwell – San Mateo de Gállego

Carte

Indications et points d'intérêt

Félicitations! Vous allez découvrir la route Slow Driving "Route du Désert et des Chartreuses".
Veuillez suivre les indications proposées et ne perdez aucune information sur ces magnifiques destinations. En route!

Points de la route "Route du Désert et des Chartreuses"

DÉBUT

San Mateo de Gállego est une petite localité de Zuera, de la province de Saragosse, en Espagne. Elle est située à 22 km de Saragosse.

near_me DÉBUT

San Mateo de Gállego est une petite localité de Zuera, de la province de Saragosse, en Espagne. Elle est située à 22 km de Saragosse.

San Mateo de Gállego local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Cette localité est située tout près de la capitale aragonaise, sur les rives de la rivière Gallego. Son principal monument est l’église et sa tour remarquable. Elle s’élève à une extrémité de la vieille ville, là où une profonde cavité sur le lit de la rivière limite et restreint l’étendue du hameau, tout en servant de belvédère naturel sur la grande vallée. Il s’agit d’un ouvrage de style mudéjar, qui s’inscrit dans celui du mudéjar aragonais, déclaré Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses ornements sobres et l’absence de grandes ouvertures suggèrent un passé de tour fortifiée appartenant au château qui donne aujourd’hui encore son nom à la place sur lequel elle se trouve.

Les habitants de San Mateo de Gállego ont deux lieux de promenade privilégiés : le long du petit ruisseau de Camarera, qui agrémente la localité d’un bout à l’autre, et une autre promenade jusqu’à l’ermitage de Santa Engracia, qui offre un joli point de vue sur tout la ville.

L’atelier-musée de Fernando Malo est un centre d’interprétation de la céramique mudéjar du XXIe siècle, qui permet de découvrir toute la richesse du travail artisanal de la céramique au fil de l’histoire.

Point 1

En quittant San Mateo par la A-123, suivre la direction A-1106 jusqu’à Leciñena. Parcourir 16 km pour rejoindre cette localité de la province de Saragosse.

near_me Point 1

En quittant San Mateo par la A-123, suivre la direction A-1106 jusqu’à Leciñena. Parcourir 16 km pour rejoindre cette localité de la province de Saragosse.

Leciñena local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Cette localité se trouve dans la plaine de Monegros, au pied de la sierra d’Alcubierre, et elle se distingue par son église de style Renaissance, dédiée à Notre-Dame de l’Assomption, de type église-halle caractérisée par d’imposants volumes. Sur les hauteurs d’un promontoire, le sanctuaire de Notre-Dame de Magallón est depuis des siècles le témoin des aléas de l’histoire. Ce même édifice propose un restaurant et une auberge aux voyageurs.

En dehors de la zone urbaine, au sommet de la sierra d’Alcubierre et aux limites des provinces de Huesca et de Saragosse, le poste militaire de Tres Huegas est un espace de bivouac ou une ancienne zone de repos de l’armée nationale ou franquiste pendant la guerre civile, qui a été réaménagé et offre de belles vues sur les contreforts et les restes du bois de sabines qui le couvrait, ainsi que sur la plaine de Monegros et le bassin de Huesca.

Point 2

En partant de Leciñena par l’avenue Zaragoza, suivre la direction A-129 pour arriver au bout de 20 minutes à Alcubierre.

near_me Point 2

En partant de Leciñena par l’avenue Zaragoza, suivre la direction A-129 pour arriver au bout de 20 minutes à Alcubierre.

Alcubierre-Route Orwell local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Quelques centaines de mètres plus loin, de l’autre côté de la route, en changeant de territoire communal et de province, nous trouvons le poste militaire républicain baptisé du nom de George Orwell. L’écrivain britannique, enrôlé dans les milices du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), fut envoyé dans cette zone du front de l’Aragon, au début du mois de janvier 1937 ; une expérience qu’il a relaté dans l’une de ses œuvres les plus célèbres, « Hommage à la Catalogne ».

Après une promenade dans Alcubierre, lieu de naissance du légendaire bandit Cucaracha, dominé par l’église de Santa Ana et sa tour mudéjar, nous rejoindrons notre prochaine destination.

Point 3

Quitter Alcubierre par la rue Blasa et suivre la A-1211. Parcourir à peine 13 km pour arriver à Robres.

near_me Point 3

Quitter Alcubierre par la rue Blasa et suivre la A-1211. Parcourir à peine 13 km pour arriver à Robres.

Robres restaurantlocal_gas_station

Parmi les édifices du hameau de Robles se distingue l’église de Notre-Dame de l’Assomption. Cette église, de style baroque classique et néo-classique, fut érigée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle sur une ancienne église médiévale. C’est un ouvrage de grande taille, construit en brique sur des fondations en pierre. Son chapiteau de forme octogonale est couronné de céramique verte. À l’intérieur, il présente des restes d’ornements à motifs de feuilles et de fleurs. Sa décoration associe stuc et peinture murale. Parmi les objets d’art, dont une partie a été détruite pendant la guerre civile espagnole, on remarquera le baldaquin du XVIIIe siècle, formé de quatre colonnes de marbre ornées de beaux bas-reliefs. Non loin, l’ancien « Granero de las Primicias » (grenier des premiers fruits) accueille actuellement la mairie. Il s’agit d’une grande bâtisse sobre et élégante, construite presque entièrement en brique, et dotée d’un grand balcon qui fait l’angle.

Le Centre d’interprétation et de documentation de la guerre civile en Aragon, situé dans les anciennes écoles nationales, complète la visite des vestiges militaires précédemment mentionnés, et couvre une grande partie du XXe siècle espagnol, pour mieux comprendre le conflit, ses causes et ses conséquences.

Point 4

À Robres, emprunter le Camino de los Barrancos (chemin des ravins), en direction de Torralba de Aragón par la route régionale A-1211. Parcourir 9,3 km pour rejoindre Torralba de Aragón.

near_me Point 4

À Robres, emprunter le Camino de los Barrancos (chemin des ravins), en direction de Torralba de Aragón par la route régionale A-1211. Parcourir 9,3 km pour rejoindre Torralba de Aragón.

Torralba de Aragón local_hotelrestaurant

Cette localité est située sur une butte dans les plaines de la Violada. Il s’agit d’un bel ensemble urbain situé dans un splendide environnement, qui préserve de bons exemples de l’architecture populaire aragonaise. Mais vous remarquerez surtout sa magnifique église paroissiale de San Pedro (dédiée à Saint-Pierre), du XVIe siècle, formée d’une seule nef divisée en trois sections à voûtes à tiercerons. Sur la partie extérieure, l’ouvrage se distingue par une galerie à arcatures aveugles et les ornements de style mudéjar de son clocher-tour, avec des détails émaillés (l’une des rares tours de ce style dans la province de Huesca). Près de l’église, un belvédère nous permet de localiser les différents points d’intérêt de la sierra voisine. Un autre ouvrage intéressant est l’ermitage de Santa Ana (Sainte-Anne), construite dans les années soixante sur les vestiges d’une construction antérieure datant du XVIe siècle.

Torralba de Aragón est également un lieu idéal pour pratiquer la randonnée à pied ou à vélo, pour réaliser, par exemple, des excursions vers le ravin d’Escarigüela ou la sierra d’Alcubierre.

Point 5

Dans la rue Joaquín Orus, prendre la A-1211. Tourner deux fois à gauche et au rond-point, prendre la première sortie en direction de la A-1210.

near_me Point 5

Dans la rue Joaquín Orus, prendre la A-1211. Tourner deux fois à gauche et au rond-point, prendre la première sortie en direction de la A-1210.

Grañén local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Le centre urbain de Grañén se divise en deux zones : l’une plus moderne, située près de la route, l’autre plus ancienne, juchée sur une légère colline dominée par l’église paroissiale. Sur cette hauteur se trouvent également les vestiges d’un château de 1105, dont il reste une tour, adossée à l’église.

La localité entretient des liens étroits avec l’astronomie et la chance aux jeux de hasard. Elle abrite une des plus grandes horloges solaires d’Europe, d’où il est également possible de contempler les vues sur les formations géologiques de la Gabarda. Dans ses rues et sur ses façades, vous pourrez admirer les peintures murales de style street art, réalisées ces dernières années par des artistes de renom tels que Paula Bonet, Eduardo Burton, Boamistura ou encore Isaac Mahow. Une excuse parfaite pour flâner dans la localité, qui conserve également dans son église de Santiago un magnifique retable gothique. Cet ouvrage se distingue sans aucun doute par sa tour, adossé à l’actuel chevet. L’église est de style mudéjar tardif, du XVIe siècle, construite en brique, de forme carrée et ornée de briques décoratives disposées en bandes dans les angles, en zigzags, en losanges et en croix à plusieurs branches.

Point 6

En suivant la rue Joaquín Costa à Grañén, prendre la A-1213 et en à peine 15 minutes, après avoir parcouru 10 km, vous arriverez à Piracés.

near_me Point 6

En suivant la rue Joaquín Costa à Grañén, prendre la A-1213 et en à peine 15 minutes, après avoir parcouru 10 km, vous arriverez à Piracés.

Piracés

Située entre les rivières Flumen et Guatizalema, la localité de Piracés s’étend à flanc de colline. Parmi ses édifices religieux, on remarquera l’église paroissiale, de style gothique, et près du village, l’ermitage de la Corona (ermitage de la couronne), datant du XIIe siècle. Près de l’ermitage vous trouverez l’œuvre « Árboles como arqueología » (les arbres comme éléments archéologiques), une sculpture d’art contemporain composée de huit monolithes de granit de plus de cinq mètres de haut et de deux oliviers.

À 2 km environ se trouve le puits-fontaine, une fontaine d’origine musulmane creusée dans la roche pour accéder à une source située en contrebas, recouverte d’une voûte en berceau pointue, et à laquelle on accède par des escaliers.

Des siècles d’érosion ont créé un paysage presque magique, avec des formations géologiques uniques en grès, qui ressemblent à des géants au milieu du paysage lunaire de la steppe. Les monolithes ou torrollones sont les témoins de la plateforme structurelle qui a été isolée par l’érosion et qui, à certains endroits, présente une hauteur de plusieurs dizaines de mètres. Des silhouettes rocheuses dans un paysage évocateur, ciselées par une eau invisible et un vent inaudible. De toutes ces formations, la plus spectaculaire est la dénommée Peña Mediodía. Cette fantaisie géologique est un immense banc de grès de 80 mètres de long et 25 de haut. Par des escaliers creusés dans la roche, il est possible d’accéder à la plateforme supérieure, où subsistent des excavations rectangulaires de l’ancien château.

Point 7

En partant de Piracés, emprunter la route régionale A-1213 pour ensuite suivre la A-1210 et la A-1223, dans cet ordre.

near_me Point 7

En partant de Piracés, emprunter la route régionale A-1213 pour ensuite suivre la A-1210 et la A-1223, dans cet ordre.

Alberuela de Tubo-Parc de la Gabarda local_hotelrestaurant

En pleine nature, au milieu de torrollones et d’oliveraies centenaires, et entouré de vestiges archéologiques musulmans et médiévaux, se trouve le parc d’aventures de La Gabarda. Un lieu idéal pour pratiquer, en famille ou entre amis, des activités telles que tir à l’arc, randonnée, tyrolienne ou ponts tibétains, dans l’un des plus beaux sites des Monegros, qui peut se prévaloir de magnifiques couchers de soleil.

La Gabarda est le résultat d’une forte érosion sur des matériaux vulnérables, où dominent les monolithes ou torrollones, témoins du passage du temps ; un lieu dont la beauté et l’intérêt scientifique lui ont valu d’être déclaré Lieu d’intérêt géologique d’Aragon.

Dans cet environnement, le site musulman de la localité de Las Cías est l’une des meilleurs témoignages de l’époque d’Al-Andalus dans le nord de la péninsule hispanique.

Point 8

À Alberuela de Tubo, prendre la route locale A-1223, d’Alberuela à Peralta. Au bout de 15 minutes, vous arriverez à Peralta de Alcofea.

near_me Point 8

À Alberuela de Tubo, prendre la route locale A-1223, d’Alberuela à Peralta. Au bout de 15 minutes, vous arriverez à Peralta de Alcofea.

Peralta de Alcofea restaurant

Peralta de Alcofea est située à la limite sud de la région de Somontano de Barbastro, sur un terrain légèrement vallonné, sur les rives de la rivière Alcanadre.

Parmi les vestiges romains conservés dans la localité figurent un barrage et les dénommées cías ou silos à grains. Elle conserve également les vestiges du village ibérique de Peralta La Vieja, qui servit de campement au fameux Cid et ses hôtes, lorsqu’il fut exilé de Castille. Une promenade dans ses rues nous révèle de bons exemples de l’architecture traditionnelle du Somontano, à l’image de demeures telles que Casa Polo ou Casa del Abogado (la maison de l’avocat), appartenant à d’anciennes familles de la noblesse.

Parmi les édifices religieux, on remarquera l’église paroissiale, d’origine romane (XIIe et XIIIe siècles), déclarée Monument historique et artistique et Bien d’intérêt culturel. L’église est l’un des derniers temples romans construits en Aragon, qui fut postérieurement agrandie dans un style gothique. Sa porte, à évasement prononcé et à six archivoltes, présente un remarquable ensemble de sculptures romanes. La route de Saso Alto est un itinéraire ornithologique qui permet de voir des espèces très appréciées des ornithologues. Il s’agit d’un circuit de randonnée de 11 km, accessible à vélo, qui part de cette localité. Il est également possible de faire une agréable excursion en VTT de Peralta de Alcofea jusqu’à Torres de Alcanadre, en suivant la dénommée Route Ribera del Alcanadre.

Point 9

Quitter Peralta de Alcofea par la rue Mayor et suivre la direction El Tormillo / A-1217. Parcourir 18,7 km pour rejoindre Castelflorite.

near_me Point 9

Quitter Peralta de Alcofea par la rue Mayor et suivre la direction El Tormillo / A-1217. Parcourir 18,7 km pour rejoindre Castelflorite.

Castelflorite

La localité est située entre deux collines, celle du Saso, idéale pour faire des randonnées pédestres, et la colline dite du château, occupée sur son plateau supérieur par les vestiges de différentes fouilles archéologiques. C’est un endroit privilégié pour profiter de la vue panoramique. En suivant la route, idéale pour une balade en moto, nous passerons sous la colline de Cajal, où trois arches, semblables à un squelette, marquent l’emplacement de l’ermitage disparu. 

Son monument le plus remarquable est l’église de San Miguel Arcángel (Saint-Michel-Archange) d’origine romane, qui a été totalement rénovée et agrandie au XVIe siècle. Bien que démantelée au cours de la guerre civile, des travaux de restauration dans les années 90 ont permis de découvrir des restes anthropologiques, lorsque les sépultures étaient réalisées à l’intérieur du temple.

Point 10

Quitter Castelflorite par la Travesía Joaquín Costa / A-1217. Continuer sur cette route avant de tourner à gauche en direction du monastère, en empruntant la A-131.

near_me Point 10

Quitter Castelflorite par la Travesía Joaquín Costa / A-1217. Continuer sur cette route avant de tourner à gauche en direction du monastère, en empruntant la A-131.

Monastère royal de Santa María de Sijena - Villanueva de Sijena local_hotelrestaurant

Arrosé par les eaux de la rivière Alcanadre, le paysage de la sierra de Villanueva est représentatif de ce que nous offre le territoire des Monegros : tons ocre, argile et forêts de pins, cinglés par le vent et un soleil omniprésent. Cette localité historique et remarquable d’Aragon abrite en ses rues la maison natale de Miguel Servet, dédiée à l’étude et à la divulgation des travaux de ce médecin, humaniste et penseur universel de la Renaissance, mort sur le bûcher à Genève, après avoir été condamné pour sa défense de la liberté de pensée.

Le village qui vit naître Miguel Servet est également connu pour son impressionnant monastère, déclaré Monument national. Il fut converti en fondation royale par la volonté de la reine Sancha, épouse du monarque aragonais Alphonse II, vers 1188. Situé sur les rives de la rivière Alcanadre, il a accueilli de nombreuses reines et princesses, ainsi que des filles de familles nobles. Il servit de dépôt d’une partie du trésor royal et d’archives monastiques aux XIIIe et XIVe siècles. Ce fut également un panthéon royal et son cloître fit office de lieu de sépulture de rois, reines et infantes d’Aragon, notamment de la reine Sancha ou encore de Pierre II d’Aragon. Grâce aux importants dons reçus, il est devenu l’un des monastères les plus riches et les plus beaux d’Aragon.

De l’ancien monastère n’ont subsisté que le temple et une petite partie du cloître. Le panthéon royal précédemment mentionné et une tour massive de forme carrée sont adossés au transept. La porte principale s’ouvre au moyen de quatorze archivoltes plein-cintre, avec un évasement prononcé.

Point 11

En partant du monastère, prendre la direction A-131 et parcourir 17,7 km pour rejoindre Sariñena.

near_me Point 11

En partant du monastère, prendre la direction A-131 et parcourir 17,7 km pour rejoindre Sariñena.

Sariñena local_hotelrestaurantlocal_gas_station

La capitale des Monegros se trouve entre la rivière Alcanadre et la lagune, la deuxième zone humide la plus importante d’Aragon. C’est également un pôle commercial et de services, l’endroit idéal pour un petit caprice. Au centre-ville, on remarquera la place de El Salvador, et la façade monumentale de l’église, de style néo-classique, le casino des années 20 et la demeure seigneuriale Paraled ou Penén, du XIXe siècle.

En dehors de la zone urbaine, de l’autre côté de la rivière Alcanadre, l’ermitage roman de Santiago constitue l’un des monuments les plus imposants de la commune, sans oublier le transept, le puits à neige ou glacière, en plus d’une belle vue panoramique sur la localité.

Ne manquez pas

La lagune de Sariñena
Point 12

En partant de Sariñena, emprunter l’avenue Monegros / A-230 pour parvenir, au bout de 17 minutes environ, à la chartreuse de Nuestra Señora de las Fuentes (Notre-Dame-des-Sources).

near_me Point 12

En partant de Sariñena, emprunter l’avenue Monegros / A-230 pour parvenir, au bout de 17 minutes environ, à la chartreuse de Nuestra Señora de las Fuentes (Notre-Dame-des-Sources).

Chartreuse de Nuestra Señora de las Fuentes

La chartreuse de Nuestra Señora de las Fuentes (Notre-Dame-des-Sources) fut le premier monastère des Chartreux fondé dans le royaume d’Aragon, dans l’ancien ermitage de Nuestra Señora de las Fuentes, qui fut agrandi dix ans plus tard et rénové au XVIIe siècle.

La chartreuse est principalement en brique, bien que la technique de la construction en pisé fût également utilisée. Cet ouvrage se caractérise par sa simplicité, l’absence d’ornementation et la pureté de ses volumes extérieurs. Son style se rattache au baroque tardif. L’édifice le plus significatif de l’ensemble est l’église, en forme de croix latine, à une seule nef. La décoration se caractérise par plus de 2 000 m2 de peintures murales, réalisées par Frère Manuel Bayeu, beau-frère de Goya et moine de cette communauté. Une œuvre picturale saisissante, dans une enceinte fortement marquée par l’histoire de ces derniers siècles. Le monastère est en cours de restauration et il peut être visité le week-end, le temps de profiter du silence qui règne en son intérieur.

Point 13

En quittant la chartreuse, emprunter la route A-230 pour ensuite prendre la bifurcation en suivant la A-131, jusqu’à rejoindre la Route de Jubierre.

near_me Point 13

En quittant la chartreuse, emprunter la route A-230 pour ensuite prendre la bifurcation en suivant la A-131, jusqu’à rejoindre la Route de Jubierre.

La Route de Jubierre

Jubierre est l’une des zones les plus impressionnantes de la région des Monegros. Ses paysages à couper le souffle sont le résultat de l’érosion intense qui a donné naissance à toutes sortes de reliefs et de formes singulières et a favorisé l’apparition d’une importante série de ravins.

La Route de Jubierre suit une piste centrale accessible à partir de deux points : la route A-131 (Sariñena-Fraga), suivant une piste balisée à 6 kilomètres de Sariñena, en direction de Sena ou la route de Castejón de Monegros, en prenant une bifurcation à 4 kilomètres de cette localité en direction de Valfarta.

Cette piste centrale comporte différentes zones de parking qui facilitent l’accès aux cinq monuments en pierre les plus emblématiques de Jubierre : Tozal de la Cobeta, Tozales de los Pedregales, Tozal de Colasico, Tozal Solitario, le belvédère oriental et Peña Altar.

Point 14

En quittant Jubierre, prendre la direction de l’est en empruntant la A-131, avant de suivre la A-230, la HU-831 et la A-1104, pour parvenir à Monegrillo après une heure de trajet.

near_me Point 14

En quittant Jubierre, prendre la direction de l’est en empruntant la A-131, avant de suivre la A-230, la HU-831 et la A-1104, pour parvenir à Monegrillo après une heure de trajet.

Monegrillo

Cette « mer de terre », comme l’a baptisé le réalisateur Bigas Luna est depuis de nombreuses années le décor de nombreux tournages de films, notamment « Jambon, Jambon », qui a inspiré la route du même nom qui, au départ de la localité, permet de découvrir les différents lieux les plus marquants du film.

Le centre de la localité est également l’un des plus intéressants de l’itinéraire, car il présente des caractéristiques typiques de la région des Monegros. Parmi ses édifices, vous pourrez voir le Granero de la Diezma (le grenier de la dîme), l’église baroque de Notre-Dame de l’Assomption (du XVIIe siècle) ou encore la Casa Rocañín et la Casa Panivino, demeures représentatives de l’architecture civile aragonaise. Cette dernière abrite précisément le Centre d’interprétation des steppes de Monegros.

Point 15

Quitter Monegrillo par la rue San Roque en direction de la A-1104. Parcourir à peine 9 km pour arriver à Farlete.

near_me Point 15

Quitter Monegrillo par la rue San Roque en direction de la A-1104. Parcourir à peine 9 km pour arriver à Farlete.

Farlete

Nous arriverons par la route la plus mythique et la plus filmée d’Espagne, utilisée dans de nombreux courts métrages, publicités et clips vidéo, en raison de ses longues lignes droites au milieu du paysage de steppe le plus authentique d’Aragon.

Avant d’entrer dans la localité, on remarquera, au pied de la sierra, le sanctuaire de la Virgen de la Sabina, un bel édifice à la façade baroque, en parfaite harmonie avec le paysage et point de départ du chemin menant aux grottes et aux ermitages de San Caprasio, sur le point le plus élevé. Sur la Plaza Mayor se dresse l’église de San Juan Bautista (Saint-Jean-Baptiste). Il s’agit d’un ouvrage d’origine baroque, reconstruit au XXe siècle après avoir été détruit pendant la guerre civile. Une tour carrée de style baroque est adossée à l’église.

Point 16

En partant de Farlete, se diriger vers l’ouest en empruntant l’avenue Zaragoza / A-1104. Parcourir 24,4 km pour arriver, en 20 minutes environ, à Villamayor de Gállego.

near_me Point 16

En partant de Farlete, se diriger vers l’ouest en empruntant l’avenue Zaragoza / A-1104. Parcourir 24,4 km pour arriver, en 20 minutes environ, à Villamayor de Gállego.

Villamayor de Gállego restaurantlocal_gas_station

Cette localité est située dans la plaine fertile sur la rive gauche de la rivière Gállego, à proximité de la ville de Saragosse.

L’église de l’Assomption est le symbole de la ville. Il s’agit d’un ouvrage de style mudéjar, caractéristique de la seconde moitié du XVe siècle et de la première moitié du XVIe siècle, époque à laquelle l’église a été construite. Elle est constituée d’une seule nef à trois travées, couvertes d’une voûte en croisée d’ogives simple. En 1587, une splendide tour de style mudéjar avec un corps de cloches octogonal fut adossée au chevet. En 1973, à la suite d’importants travaux de rénovation, l’orientation initiale de l’église a été modifiée, de sorte que la tour s’élève actuellement à son pied.

Le sanctuaire de Notre-Dame del Pueyo est un ensemble d’édifices formé par l’ermitage, l’hospice et la maison des sœurs capucines.

La localité abrite également plusieurs demeures seigneuriales typiquement aragonaises du XVIe siècle, parmi lesquelles la Casa Catalán. L’hôtel de ville est un intéressant et majestueux édifice à trois étages, de facture baroque, construit au XVIIIe siècle.

Le site de Monte Oscuro (le mont obscur) abrite un magnifique spécimen de genévrier, dont l’âge est estimé à deux mille ans, et l’un des rares exemplaires encore existants en Europe.

Fin de l'itinéraire

En quittant Villamayor, emprunter la A-129, puis au rond-point, prendre la première sortie en direction de la A-123.

near_me Fin de l'itinéraire

En quittant Villamayor, emprunter la A-129, puis au rond-point, prendre la première sortie en direction de la A-123.

Chartreuse d’Aula Dei

Située sur un site magnifique, dans le faubourg de Peñaflor, près de Saragosse, la chartreuse d’Aula Dei (Bien d’intérêt culturel) est l’un des ensembles monumentaux les plus importants d’Aragon, tant du point de vue architectural que des œuvres d’art magnifiques qu’elle conserve en son intérieur.

Son architecture, confiée à deux des architectes les plus renommés de Saragosse au XVIe siècle, constituait une authentique nouveauté en matière de construction de ce type d’ouvrages en Espagne. L’élément le plus important qui constitue le cœur de l’édifice est l’église, un magnifique exemple d’architecture de tradition gothique du XVIe siècle. On y remarquera son grand retable baroque, et surtout, les magnifiques peintures murales à l’huile, riches en couleurs et coups de pinceau, réalisées par Francisco de Goya en 1774. Le brillant artiste exécuta un total de onze œuvres sur la vie de la Vierge, dont sept ont pu être conservées. Il est possible de visiter l’église et ses splendides peintures, ainsi que d’autres dépendances, sur réservation préalable.