Route des Pré-Pyrénées insolites

Cet itinéraire nous mène en grande partie à la découverte des régions du Sobrarbe et de la Ribagorce. Il nous offre l’occasion de nous émerveiller en découvrant les plus hauts sommets des Pyrénées, où subsistent les dernières étendues glaciaires dominées par l’Aneto (le plus haut sommet de la chaîne de montagnes). Un territoire privilégié où convergent des paysages impressionnants, entourés d’une nature sauvage qui forme des vallées étroites, des gorges profondes et des défilés. Ce parcours nous permet également de découvrir toute la richesse et la variété du patrimoine culturel et des monuments : deux cités médiévales, une « muraille de Chine », un temple bouddhiste, des passerelles dans une paroi rocheuse, un village de la Renaissance ou encore un château des templiers figurent parmi les merveilles que vous pourrez découvrir sur cet itinéraire extraordinaire et exotique au cœur des Pré-Pyrénées orientales d’Aragon.

Renseignements utiles

  • Distance:
    192,9 km

    Temps estimé sans arrêts:4h 30min

    Étapes recommandées: 4

Étapes recommandées

    1. Aínsa-Graus
    2. Graus – Cité médiévale de Montañana – Viacamp/Passerelles de Montfalcó
    3. Passerelles de Montfalcó
    4. Passerelles de Montfalcó – Muraille de Finestras – Monzón
    1. Monzón – Muralla de Finestras – Pasarelas Montfalcó
    2. Pasarelas de Mont-Falcó
    3. Viacamp/Pasarelas de Mont-Falcó – Montañana Medieval – Graus
    4. Graus – Aínsa

Carte

Indications et points d'intérêt

Félicitations! Vous allez découvrir la route Slow Driving "Route des Pré-Pyrénées insolites".
Veuillez suivre les indications proposées et ne perdez aucune information sur ces magnifiques destinations. En route!

Points de la route "Route des Pré-Pyrénées insolites"

DÉBUT

La localité d’Aínsa, ​capitale de la municipalité d’Aínsa-Sobrarbe, ​est un village de la province de Huesca, dans la région du Sobrarbe, dans la Communauté autonome d’Aragon.

near_me DÉBUT

La localité d’Aínsa, ​capitale de la municipalité d’Aínsa-Sobrarbe, ​est un village de la province de Huesca, dans la région du Sobrarbe, dans la Communauté autonome d’Aragon.

Aínsa local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Aínsa est l’un des plus beaux villages, non seulement d’Aragón, mais aussi de toute l’Espagne. Cet ensemble architectural de grande valeur a été déclaré Ensemble historique et artistique en 1965. Actuellement, la vieille ville, le château et l’église collégiale reçoivent la dénomination de Bien d’intérêt culturel.

La vieille ville d’Aínsa est un passage obligé de la visite. Une promenade à la découverte du château (XIe–XVIe siècle), de la Plaza Mayor – la grand-place à arcades à forte tonalité médiévale – de l’église romane de Sainte-Marie (XIIe siècle) et son cloître magnifique, et en sillonnant ses rues pavées transporte le visiteur au cœur des siècles d’histoire de cette cité médiévale. On remarquera notamment les « casas de la villa » (maisons de la ville), du XVIe-XVIIe siècles, qui constituent d’excellents exemples de l’architecture traditionnelle, par exemple Casa Arnal, Casa Bielsa ou encore Casa Latorre.

En parcourant le centre historique d’Aínsa, nous pouvons découvrir, grâce à la Géo-Route urbaine du Géoparc mondial UNESCO de Sobrarbe-Pyrénées, que ce bel ensemble architectural abrite également un intéressant patrimoine géologique avec lequel il entretient une étroite relation.

C’est le point de départ pour découvrir le Géoparc mondial UNESCO de Sobrarbe-Pyrénées en visitant l’Espace du Géoparc situé dans l’une des tours du château.

À 1,5 km du village se trouve le petit sanctuaire de la Cruz Cubierta (la croix ouverte), à l’intérieur duquel une colonne représente l’arbre et la croix de Sobrarbe, symboles de la région qui apparaissent sur un quartier du blason de l’Aragon.

Point 1

Quitter Aínsa en empruntant l’avenue Sudiera/N-260 et un peu plus loin, prendre la bifurcation vers Monzón. Parcourir 16,7 km pour arriver à destination.

near_me Point 1

Quitter Aínsa en empruntant l’avenue Sudiera/N-260 et un peu plus loin, prendre la bifurcation vers Monzón. Parcourir 16,7 km pour arriver à destination.

Tierrantona local_hotelrestaurant

Tierrantona se situe dans une zone de basse altitude, dans la plaine de La Fueva (la plus grande plaine du Sobrarbe).

Sa structure urbaine ne présente pas un caractère défensif à la différence d’autres anciennes localités de La Fueva, mais un tracé plus récent. Tierrantona est la capitale de la municipalité de La Fueva, créée dans les années 1960 à la suite de la fusion de plusieurs territoires communaux. Samitier et Mediano ont rejoint la commune dans les années 1970.

Parmi les bâtiments remarquables se distingue la Casa del Médico (la maison du médecin), datant des XVIe-XVIIe siècles, dotée d’une porte à vousseaux, d’un pan coupé et de meurtrières sur ses parements. La façade est ornée d’ouvertures formant un pic de style gothique, en forme d’ogee. L’église dédiée à l’Assomption est de style roman, du XIIe siècle. Elle est dotée d’une nef rectangulaire et d’une abside à tambour. La porte qui s’ouvre sur la place date du XVIe siècle, car l’originale, à arc en plein cintre, se trouve au sud. La tour est composée de trois corps et elle est couronnée par une frise à arcatures aveugles de facture moderne, et un toit à quatre pans à double inclinaison, qui ont été ajoutés au XIXe siècle.

Point 2

En partant de Tierrantona, emprunter la route HU-V-6442, continuer tout droit pour prendre plus loin la route HU-V-6441 pour rejoindre Formigales.

near_me Point 2

En partant de Tierrantona, emprunter la route HU-V-6442, continuer tout droit pour prendre plus loin la route HU-V-6441 pour rejoindre Formigales.

Formigales local_hotel

L’ensemble urbain se limite à deux rues et à une place, où à une certaine époque vivaient 200 personnes. Certaines maisons sont un peu à l’écart du centre urbain, et vers le sud, on trouve également une maison fortifiée et l’église paroissiale. La maison, datant du XVIe siècle, était un palais fortifié. Sur la façade, on remarquera la porte surmontée d’un arc surbaissé, et à titre d’ornement, le blason et deux fenêtres à linteaux et moulure gothique.

L’église paroissiale date du même siècle que la maison fortifiée puisqu’elle est de style gothique aragonais du XVIe siècle. Elle est dédiée à Saine Eulalie et possède une nef couverte d’une voûte étoilée et d’une abside polygonale. La façade s’achève sur la nef, par une galerie à arcs rectangulaires. La porte s’ouvre à l’ouest, à montants ornés de pilastres cannelés, chapiteaux et fronton en couronnement. La tour qui se dresse au nord est composée de trois corps.

Point 3

En partant de Formigales, emprunter la HU-V-6441 et parcourir 5,9 km pour rejoindre Troncedo.

near_me Point 3

En partant de Formigales, emprunter la HU-V-6441 et parcourir 5,9 km pour rejoindre Troncedo.

Troncedo

Troncedo est située au sommet d’une colline sur le versant de la sierra de Turón. Du château, il ne reste que la tour principale de forme pentagonale et le commencement d’une tour de défense rectangulaire. La tour, dotée de fenêtres semi-circulaires de chaque côté de l’étage supérieur et construite en pierre de taille, date vraisemblablement du onzième siècle.

La localité est formée de deux hameaux dispersés. L’un, sans doute le plus ancien, s’articule autour du château et de l’église paroissiale, et il est formé d’une seule rue comprenant une vingtaine de maisons. Dans ce hameau, les constructions se sont adaptées à l’irrégularité du terrain de la crête de la colline sur laquelle elles se sont installées. Le deuxième hameau, un peu plus à l’écart, est situé sous le hameau principal, dans la descente qui mène au ravin du Salinar. Il est formé de quelques maisons autour de l’église actuellement dédiée à saint Victorien.

L’église paroissiale, située au sommet d’un rocher, est une construction romane du XIIe siècle, dédiée à saint Étienne.

Point 4

En partant de Troncedo, suivre la direction HU-V-6441 et parcourir 9,3 km pour rejoindre Pano.

near_me Point 4

En partant de Troncedo, suivre la direction HU-V-6441 et parcourir 9,3 km pour rejoindre Pano.

Pano

Pano se trouve à 13 km de Graus, en direction de la vallée de la Fueva. Ce village fut abandonné dans les années 1960, à la suite de la construction du lac de barrage de El Grado. Il est actuellement en processus de reconstruction. On y remarquera l’ensemble militaire et religieux, actuellement en ruine, qui faisait partie, avec ceux de Troncedo, Clamosa et Abizanda, de l’avant-poste chrétien contre les places musulmanes de Graus, Barbastro et Monzón. Sa construction remonte aux années 1055-1060, de la main de tailleurs de pierre locaux imitant les maîtres lombards. La tour était probablement composée de trois étages et d’un bastion. C’est un lieu stratégique qui dominait la vallée de la Fueva vers l’est et le grand territoire du Cinca vers l’ouest, en maintenant une communication visuelle avec le château de Samitier.

Pano abrite un joyau construit au XIe siècle, l’ermitage de San Antón, déclaré Bien d’intérêt culturel et dernier vestige de ce qui fut le monastère de San Juan de Pano. Il est de style roman lombard, construit en pierre de taille à peine travaillée, ce qui lui confère un aspect grossier, une caractéristique faisant partie des éléments qui mettent en valeur sa beauté.

Point 5

En quittant Pano, emprunter la route HU-V-6441 et parcourir 4,1 km jusqu’à rejoindre Panillo

near_me Point 5

En quittant Pano, emprunter la route HU-V-6441 et parcourir 4,1 km jusqu’à rejoindre Panillo

Panillo

Panillo se situe tout près de Pano, de l’autre côté du coteau. Vous y trouverez une église du XVIe siècle (église de Santa Engracia) et un bar avec un ancien moulin à huile de près de 7 mètres de large. La communauté de Panillo s’est installée en 1984 et elle est liée aux lignées Dagpo et Shangpa Kagyü du bouddhisme Vajrayana, actuellement sous la protection du Yangsi Kalou Rinpoché. Une année plus tard, en 1985, le site est définitivement devenu un centre dédié à l’étude et à la pratique du bouddhisme. Le centre Dag Shang Kagyu offre de nombreuses activités, l’auberge a été restaurée et un joli temple de style traditionnel a été construit, un stupa de 17 mètres de haut, un stupa de Kalachakra, 108 petits stupas, un grand moulin à prières et une Shedra (école). Parmi les célébrations, la nouvelle année tibétaine également appelée Losar est une fête très spéciale. Ce Nouvel An est célébré le premier jour du premier mois du calendrier lunaire tibétain, qui normalement coïncide avec le mois de février. De la musique, des danses et des prières accompagnent la fête. Le visiteur peut librement accéder au site.

Point 6

En quittant Panillo, emprunter la route HU-V-6441 puis bifurquer vers la A-139 en direction de Graus. Parcourir 8,7 km pour rejoindre la localité.

near_me Point 6

En quittant Panillo, emprunter la route HU-V-6441 puis bifurquer vers la A-139 en direction de Graus. Parcourir 8,7 km pour rejoindre la localité.

Graus local_hotellocal_gas_station

Graus se trouve à la confluence des rivières Ésera et Isábena et c’est la capitale administrative de la région. Village déclaré Ensemble historique, il conserve encore quelques portions de muraille et trois de ses portes. Dans la partie basse du village perdure le caractère médiéval de ses origines, au travers de ses ruelles étroites et de ses petites places, sur lesquelles se dressent quelques demeures seigneuriales. L’élément le plus remarquable de Graus est sa Plaza Mayor (la grand-place) et ses grandes demeures qui se dressent sur de belles arcades, pour former un ensemble harmonieux dans lequel convergent des styles architecturaux très divers. Cette place accueille l’hôtel de ville, avec ses arches de style mudéjar caractéristiques de l’époque de la Renaissance aragonaise ; la Casa Heredia et la Casa Barón possèdent de belles façades ornées de peintures allégoriques. Parmi les autres constructions remarquables se distinguent le Puente de Abajo, (le « pont du bas »), ouvrage de l’époque médiévale et le monument à Joaquín Costa. L’église paroissiale de San Miguel, d’origine romane a fait l’objet de transformations continues jusqu’au XVIIIe siècle. La basilique de la Vierge de la Peña, également d’origine romane, marquée par le style gothique et qui date fondamentalement de la Renaissance est une église robuste dotée d’une nef à voûtes en forme d’étoile, et qui se distingue également par son cloître magnifique et son ancien hôpital, qui abrite un curieux musée des icônes.

Point 7

Quitter Graus en empruntant la rue Valle de Arán/A-1605 et parcourir 12 km pour rejoindre Laguarres

near_me Point 7

Quitter Graus en empruntant la rue Valle de Arán/A-1605 et parcourir 12 km pour rejoindre Laguarres

Laguarres local_hotel

Cette petite localité appartient à la municipalité de Capella. Nous y trouvons l’église paroissiale de l’Assomption, de style gothique aragonais qui fut achevée en 1586. L’ermitage de Notre-Dame du Llano, datant de la fin du XIIe siècle et de style roman est situé de l’autre côté de la route. Le cimetière, qui se trouvait auparavant près de l’église paroissiale, fut transféré près de l’ermitage au XIXe siècle. L’ermitage de San Sebastián célèbre une messe en l’honneur de son saint (saint Sébastien) le 20 janvier, qui se termine par une distribution de gâteaux et de vin.

Le château de Laguarres est un édifice en ruines qui se trouve sur les hauteurs de la sierra, sur la route de Benabarre. Au sommet du col, près du kilomètre 7, vous trouverez une piste sur la gauche, qui sur un kilomètre environ mène au sommet de l’imposant rocher, à 1 150 mètres d’altitude. Du château il ne reste que la base d’une tour cylindrique, d’environ neuf mètres de diamètre, sans que l’on connaisse sa hauteur, bien que l’on suppose qu’elle mesurait environ 20 mètres, comme les tours de Fantova, Viacamp ou Luzás.

Point 8

En partant de Laguarres, emprunter la A-1606 et parcourir 14,8 km pour rejoindre Benarre.

near_me Point 8

En partant de Laguarres, emprunter la A-1606 et parcourir 14,8 km pour rejoindre Benarre.

Benabarre local_hotellocal_gas_station

Benabarre est la capitale historique et culturelle de la région et l’ancienne capitale du comté de Ribagorce. Le bâtiment de l’hôtel de ville, qui a été restauré est le point de référence sur la Plaza Mayor. Sur la place de l’église se dresse l’église paroissiale du XIXe siècle, sous l’invocation de Notre-Dame de Valdeflores et de saint Michel archange.

Le château est un imposant édifice d’origine musulmane qui a connu son apogée entre 1 577 et 1 589, lorsque Benabarre était la capitale du comté de la Ribagorce. Cette époque fut également marquée par les combats sanglants entre le comte Don Martin et son fils, Don Fernando de Aragón. Après avoir subi de nombreux sièges, le château fut démantelé par Philippe II en 1596.

Benabarre propose un itinéraire très intéressant pour partir à la découverte de quelques métiers disparus ou sauvés de l’oubli. De la réparation minutieuse d’horloges au lavage quotidien des vêtements, ce parcours met en lumière le travail de nombreuses personnes qui depuis des générations utilisent leur habileté manuelle pour transformer le cacao en chocolat, les épis en pain, le lait en fromage et en définitive, la matière première en art.

Sur cette route, vous ferez d’attrayantes découvertes, comme le puits de glace, le moulin à huile et le moulin à farine, la citerne (aljibe) et les lavoirs, le musée de lhorlogerie, le musée du chocolat ou encore l’atelier de fabrication du fromage de chèvre.

Point 9

En partant de Benabarre, emprunter la route de Viella/N-230 et plus loin suivre la route HU-941 pour rejoindre la cité médiévale de Montañana.

near_me Point 9

En partant de Benabarre, emprunter la route de Viella/N-230 et plus loin suivre la route HU-941 pour rejoindre la cité médiévale de Montañana.

Montañana

La localité médiévale de Montañana est déclarée Bien dintérêt culturel et Ensemble historique. Sur la partie supérieure de la colline formée par les ravins de San Miguel et de San Juan fut érigée la fortification qui faisait partie de la ligne frontalière déployée le long des Pyrénées pour permettre la reconquête. Montañana se caractérise par son style médiéval, à l’image de ses deux églises romanes, des vestiges de plusieurs tours de défense perchées sur les hauteurs, les restes de murailles, de rampes qui traversent les portails de facture robuste, qui évoquent les différentes périodes de son histoire, sans oublier un promontoire découpé, sur lequel se dressent les vestiges de son château primitif, et l’édifice de l’église de Notre-Dame de Baldós.

Point 10

Quitter la cité médiévale en empruntant la route HU-941 vers la N-230. Parcourir 12,7 km pour arriver à destination.

near_me Point 10

Quitter la cité médiévale en empruntant la route HU-941 vers la N-230. Parcourir 12,7 km pour arriver à destination.

Viacamp et les passerelles de Montfalcó local_hotelrestaurant

La route du Chemin naturel de Montfalcó au défilé de Mont-Rebei et ses célèbres passerelles est l’un des itinéraires les plus originaux et impressionnants d’Aragon et même d’Espagne : un parcours fascinant entre des gorges flanquées de hautes parois, avec des belvédères aux vues impressionnantes et des lacs de retenue aux eaux vertes, traversés par des ponts suspendus.

La petite localité de Viacamp est le point de départ d’un itinéraire sur une piste non goudronnée de 15 km, adaptée à tous types de véhicules. Ce parcours d’environ 30 minutes nous mène jusqu’à l’auberge de Montfalcó, qui dispose d’un parking pour les véhicules. De là commence un sentier qui en deux heures environ nous conduit jusqu’à une série d’escaliers et de passerelles ancrées dans la roche, qui lors d’une fascinante excursion, nous mène jusqu’au défilé de Mont-Rebei, situé en terres catalanes.

Point 11

En partant de Viacamp, emprunter la route N-230 en direction de Purroy Solana et Estopiñán del Castillo. 1,5 km avant d’arriver à Estopiñán, et juste avant une bifurcation, se trouve sur la gauche le point de départ d’une piste qui indique la direction Finestras, sur un panneau en bois de signalisation des sentiers. La piste, qui s’étend sur 12 km, est généralement en bon état jusqu’au pont de Penavera, qui franchit un cours d’eau provenant du lac de retenue de Canelles. À partir de là, le chemin est parsemé de pierres sur certaines sections, et il n’est pas recommandé de circuler avec des véhicules peu élevés. Mieux vaut s’aventurer avec un véhicule tout-terrain ou de hauteur similaire.

near_me Point 11

En partant de Viacamp, emprunter la route N-230 en direction de Purroy Solana et Estopiñán del Castillo. 1,5 km avant d’arriver à Estopiñán, et juste avant une bifurcation, se trouve sur la gauche le point de départ d’une piste qui indique la direction Finestras, sur un panneau en bois de signalisation des sentiers. La piste, qui s’étend sur 12 km, est généralement en bon état jusqu’au pont de Penavera, qui franchit un cours d’eau provenant du lac de retenue de Canelles. À partir de là, le chemin est parsemé de pierres sur certaines sections, et il n’est pas recommandé de circuler avec des véhicules peu élevés. Mieux vaut s’aventurer avec un véhicule tout-terrain ou de hauteur similaire.

Estopiñán et la « Muraille de Chine de Finestras » local_hotelrestaurant

Le village abandonné de Finestras ou Finestres abrite l’un des merveilles géologiques les plus surprenantes du Montsec del Estall : de spectaculaires crêtes rocheuses calcaires, verticales et parallèles, connues sous le nom de « Muraille de Chine ».

Cette grande barrière naturelle, au profil en dents de scie, qui borde aujourd’hui le lac de retenue de Canelles, a abrité le château de Finestras, dont il ne reste que l’ermitage roman de San Vicente, dans un site de grand intérêt paysager, naturel et patrimonial.

Après avoir traversé le village en vous promenant dans ses rues étroites, vous pourrez rejoindre en marchant environ 20 minutes l’ermitage de San Marcos, qui offre une première vue fascinante sur la « muraille » qui se dresse avec splendeur sur les eaux de la Noguera Ribagorzana. L’ermitage, en bon état de conservation, nous offre une vue panoramique incroyable sur la fameuse muraille naturelle qui domine le lac de retenue.

Point 12

En quittant la muraille, suivre la direction N-230 et un peu plus loin, prendre la route A-2216 pour rejoindre Peralta de la Sal.

near_me Point 12

En quittant la muraille, suivre la direction N-230 et un peu plus loin, prendre la route A-2216 pour rejoindre Peralta de la Sal.

Peralta de la Sal local_hotel

Cette jolie localité située sous les ravins de Calasanz et Gabasa est entourée de paysages d’oliviers, d’amandiers, de pins et de chênes verts sur les rives de la rivière Sosa. Son ensemble urbain, très bien conservé, converge vers sa Plaza Mayor. Parmi les édifices de son patrimoine se distinguent l’église paroissiale et le sanctuaire de los Padres Escolapios (des Pères piaristes), situé près de l’église. Léglise paroissiale de lAssomption (XVIIe siècle) est un ouvrage à trois nefs doté d’une belle façade et d’un robuste clocher. À l’intérieur, vous pourrez admirer les magnifiques œuvres en plâtre de style mudéjar (qui font partir du Mudéjar de lAragon, Patrimoine mondial de lUNESCO). Elle abrite également les fonts baptismaux où fut baptisé saint Joseph Calasanz, fondateur des Écoles Pies.

Le sanctuaire se dresse sur ce qui fut la maison natale de saint Joseph Calasanz. En plus de l’église, le complexe religieux abrite le musée dédié à Calasanz, la chapelle des martyrs, un cloître, un hospice, une auberge et une école hôtelière, tous gérés par une communauté religieuse de piaristes.

Les salines de Peralta de la Sal, déclarées Biens d’intérêt culturel, forment un paysage grandiose au cœur du lit du ravin.

Point 13

En partant de Peralta, suivre la A-2215 jusqu’à rejoindre la A-133 et parcourir 16 km pour parvenir à Fonz.

near_me Point 13

En partant de Peralta, suivre la A-2215 jusqu’à rejoindre la A-133 et parcourir 16 km pour parvenir à Fonz.

Fonz local_hotelrestaurant

Fonz est l’une des localités les plus monumentales de Huesca et une ville de la Renaissance par excellence. Sa spectaculaire Plaza Mayor est déclarée Ensemble historique et vous pourrez y voir la fontaine de los Caños (fontaine aux jets), l’une des plus impressionnantes d’Aragon. Fonz conserve 10 palais et plus de 80 demeures seigneuriales, et la « Route des Palais » vous permettra précisément de découvrir et admirer ses principaux édifices. Un bon exemple d’entre eux est l’hôtel de ville, un palais de la Renaissance datant du XVIe siècle, où vécurent les chevaliers de l’ordre du Temple. À l’intérieur, vous trouverez le Centre dinterprétation de la Renaissance.

Parmi ses demeures seigneuriales se trouve la maison natale de Pedro Cerbuna (fondateur de l’Université de Saragosse). Mais une des visites obligées est celle du palais des barons de Baldeolivos (XVIIe siècle). Dans la salle des portraits, vous remarquerez celui du troisième baron de Valdeolivos, Pedro María Ric, député du Parlement de Cadix, où fut rédigée la Constitution de 1812. Avec son épouse, la comtesse de Bureta, il joua un rôle de premier plan lors des sièges de Saragosse.

Léglise paroissiale est l’un des ouvrages de style Renaissance des plus remarquables d’Aragon. Du haut de la tour de son clocher, d’une grande beauté, vous pourrez contempler la ville grâce à une belle vue panoramique.

Fin de l'itinéraire

En partant de Fonz, emprunter la route Binéfar/A-133 puis parcourir 14,9 km sur la A-1236, jusqu’à Monzón.

near_me Fin de l'itinéraire

En partant de Fonz, emprunter la route Binéfar/A-133 puis parcourir 14,9 km sur la A-1236, jusqu’à Monzón.

Monzón local_hotelrestaurantlocal_gas_station

D’un point de vue historique, la ville a joué un rôle important, car elle a accueilli une importante commanderie de l’ordre du Temple et fut le siège, à de nombreuses reprises, du Parlement d’Aragon (du XIIIe au XVIIe siècle). Son château est une forteresse emblématique dans toute la Communauté autonome. Construit sur des hauteurs, il tire ses origines d’une forteresse musulmane conquise en 1089 par l’infant Pierre d’Aragon, avant d’appartenir, plus tard, à l’ordre du Temple puis à l’ordre de Jérusalem.

La cathédrale de Sainte-Marie du Romeral se trouve au centre de la localité. En 1995, elle est devenue le siège du diocèse de Barbastro-Monzón avec la cathédrale de Barbastro. L’église actuelle, de style roman, fut construite à la fin du XIIe siècle puis modifiée à l’époque moderne. À l’extérieur, on remarquera la tour en brique de style mudéjar.

La cathédrale et le château sont des monuments historiques qui ont accueilli des rois et des nobles. L’enfant-roi Jacques Ier d’Aragon passa une partie de son adolescence dans la forteresse, sous la tutelle des Templiers après le décès de son père Pierre II.

En ce lieu naquit l’une des figures les plus importantes du régénérationnisme, Joaquín Costa. Ce qui fut sa maison natale est aujourd’hui un musée qui remémore sa vie et son œuvre.