Route de Lieux Magiques de Teruel

Cet itinéraire, qui nous conduira dans diverses contrées de la province de Teruel, nous permettra de découvrir de jolis coins, de beaux sites naturels et de spectaculaires édifices. À Alcañíz, vous serez surpris par le magnifique château de l’ordre de Calatrava et à Calanda, nous partirons sur les traces du grand cinéaste Luís Buñuel. En chemin, nous découvrirons également les typiques glacières sur les « Routes des voûtes du froid » et des localités qui participent à la spectaculaire Semaine sainte du Bas-Aragon. Dans la localité de Molinos, vous pourrez faire une belle promenade sous terre et admirer la beauté des Grottes de Cristal et à Escucha, à 200 m sous terre, vous pourrez connaître de plus près la dure vie des mineurs. Cette route nous mènera sur certaines portions du Parc culturel de la rivière Martín et nous fera découvrir d’authentiques joyaux du patrimoine mudéjar, dans les églises de Montalbán ou d’Olalla. Et presque à la fin du trajet, vous pourrez prendre un repos mérité dans la station thermale de Segura de Baños.

Renseignements utiles

  • Distance:
    242 km

    Temps estimé sans arrêts:5 h 13 min

    Étapes recommandées: 4

Étapes recommandées

    1. Alcañíz-Castellote
    2. Castellote – Aliaga
    3. Aliaga – Montalbán
    4. Montalbán-Olalla
    1. Olalla – Montalbán
    2. Montalbán – Aliaga
    3. Aliaga – Castellote
    4. Castellote – Alcañíz

Carte

Indications et points d'intérêt

Félicitations! Vous allez découvrir la route Slow Driving "Route de Lieux Magiques de Teruel".
Veuillez suivre les indications proposées et ne perdez aucune information sur ces magnifiques destinations. En route!

Points de la route "Route de Lieux Magiques de Teruel"

DÉBUT

Alcañiz est une ville et une municipalité espagnole de la région du Bas-Aragon, dans la province de Teruel, Communauté autonome d’Aragon.

near_me DÉBUT

Alcañiz est une ville et une municipalité espagnole de la région du Bas-Aragon, dans la province de Teruel, Communauté autonome d’Aragon.

Alcañiz local_hotelrestaurantlocal_gas_station

La localité est parfois considérée comme le « Monaco espagnol », parce que ses rues ont été, pendant plus de 20 ans, un circuit de course pionnier en son genre, qui a vu s’affronter les meilleurs pilotes du moment, et parce qu’elle n’a rien perdu de son esprit sportif, grâce à la présence du circuit moderne de Motorland.

En outre, la capitale du Bas-Aragon est une ville coquette, qui recèle d’agréables surprises à découvrir. Les monuments les plus remarquables d’Alcañíz se concentrent, sans aucun doute, sur la Plaza Mayor (la grand-place) qui accueille les spectaculaires bâtiments de la mairie, des halles (La Lonja) et l’ancienne église collégiale de Santa María, sans oublier le magnifique ensemble architectural, sculptural et pictural de l’époque médiévale que constitue le château de l’ordre de Calatrava, qui accueille aujourd’hui un hôtel de la chaîne Paradores de Turismo. Ne manquez pas non plus de découvrir les passages médiévaux auxquels vous pourrez accéder depuis l’office du tourisme. Autant d’endroits agréables pour profiter de la gastronomie de la région ou prendre tranquillement un café et passer un moment inoubliable.

Alcañiz fait partie de la Route du tambour et de la grosse caisse du Bas-Aragon, fête déclarée d’Intérêt touristique international.

Ne manquez pas

Motorland
Point 1

En quittant Alcañiz, prendre la direction N-211/N-420 vers Calanda. Parcourir 17,3 km pour rejoindre la localité suivante.

near_me Point 1

En quittant Alcañiz, prendre la direction N-211/N-420 vers Calanda. Parcourir 17,3 km pour rejoindre la localité suivante.

Calanda local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Calanda vit naître le cinéaste de génie Luis Buñuel, dont la cinématographie dévoile l’essence de la localité : le son de ses tambours et grosses caisses, qui l’a rendue universelle, tout comme Don Luis. Vous ne pouvez donc pas quitter Calanda sans avoir visité le surprenant Centre Buñuel Calanda, un espace qui recrée l’univers surréaliste du réalisateur et qui vous laissera un souvenir indélébile.

En vous promenant dans ses rues, vous découvrirez les endroits qui ont inspiré certaines scènes des films de Buñuel et des édifices de style Renaissance, comme la Casa de la Villa, dont la façade latérale est recouverte de fresques rococo peintes en 1704. À Calanda, vous pourrez également visiter la glacière qui fait partie de la « Route des voûtes du froid ».

Calanda fait aussi partie de la Route du tambour et de la grosse caisse du Bas-Aragon, fête déclarée d’Intérêt touristique international.

Point 2

Quitter Calanda par le nord-ouest, en suivant la rue Lepanto, jusqu’à la rue Catorce de Marzo. Continuer sur la A-226 pendant 19 km pour rejoindre Mas de las Matas.

near_me Point 2

Quitter Calanda par le nord-ouest, en suivant la rue Lepanto, jusqu’à la rue Catorce de Marzo. Continuer sur la A-226 pendant 19 km pour rejoindre Mas de las Matas.

Mas de las Matas local_hotelrestaurantlocal_gas_station

La tour de l’église de Mas de las Matas est visible à des kilomètres aux alentours avant d’arriver dans la localité, et ce n’est pas étonnant qu’il s’agisse de l’une des tours les plus hautes de la province. Une tour qui, de loin, nous invite déjà à faire un arrêt pour se promener dans les rues et sur les places de la localité, visiter son église paroissiale ou encore le magnifique édifice de l’hôtel de ville. Mais le plus surprenant est peut-être de se laisser emporter par le bruit de l’eau qui traverse toute la vieille ville sous forme de fontaines, de lavoirs et de rigoles, éparpillés dans les rues de la localité.

Par ailleurs, depuis 2006, il est possible de visiter un centre associé à Dinópolis, parc thématique dédié à la paléontologie et au monde des dinosaures. Le rez-de-chaussée de l’ancienne fabrique de farines ou Casa Feliu a été réaménagé pour accueillir une exposition paléontologique et présenter des fossiles appartenant à la collection de paléontologie du groupe d’études Masinos. Cette exposition intitulée « Eau, Temps et Terre » se centre principalement sur la manière dont les fossiles et les roches permettent d’interpréter les différents et profonds changements géologiques survenus dans la région au cours des périodes du Jurassique et du Crétacé.

Point 3

En partant de Mas de las Matas, prendre la direction de la route d’Aguaviva jusqu’à la A-225. Parcourir 4 km pour rejoindre Aguaviva.

near_me Point 3

En partant de Mas de las Matas, prendre la direction de la route d’Aguaviva jusqu’à la A-225. Parcourir 4 km pour rejoindre Aguaviva.

Aguaviva local_hotelrestaurantlocal_gas_station

La vieille ville de cette localité se distingue par la présence de la magnifique Plaza de España. Il s’agit d’une place à arcades et sur deux hauteurs qui communiquent par un escalier.

À Aguaviva, vous profiterez également d’un environnement naturel exceptionnel. Tout près de la localité, à seulement quatre kilomètres en direction de Morella, vous trouverez un endroit que vous n’êtes pas près d’oublier : l’environnement du pont de Cananillas, construit au Moyen Âge pour pouvoir franchir la rivière Bergantes. Aujourd’hui, les pierres rondes érodées par les siècles et les forêts de pins qui les entourent ont formé l’une des plus belles piscines naturelles de toute la province.

Dans cette localité, vous trouverez également d’autres glacières de la dénommée « Route des voûtes du froid ». Enfin, si vous avez la chance de visiter la localité un 28 août, vous pourrez assister aux festivités du « Santísimo Misterio » (très saint mystère), pendant lesquelles ses rues se parent de surprenants tapis de sciure colorés, un événement déclaré Fête d’intérét touristique en Aragon et qui constitue un magnifique exemple d’art éphémère.

Point 4

En partant d’Aguaviva, emprunter la A-225 pour ensuite bifurquer vers la A-226. Parcourir 12,3 km pour rejoindre Castellote.

near_me Point 4

En partant d’Aguaviva, emprunter la A-225 pour ensuite bifurquer vers la A-226. Parcourir 12,3 km pour rejoindre Castellote.

Castellote local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Cette localité, déclarée Ensemble historique, se trouve au pied d’une cordillère formée de hauts rochers, sur un terrain irrégulier et pittoresque. Le hameau est protégé par cet ensemble en pierre, couronné par son emblématique château, un ouvrage impressionnant attribuable à l’ordre du Temple. Celui-ci fut occupé au XIXe siècle par les carlistes, qui, assiégés par l’armée du général Espartero, l’ont défendu jusqu’à la reddition.

À proximité se trouvent les vestiges de l’aqueduc, le plus représentatif de la région. La localité est présidée par l’église de Saint-Michel-Archange, ouvrage gothique du XVe siècle, qui se trouve à l’intérieur du premier mur d’enceinte, auquel il est possible d’accéder par le parvis de l’hôtel de ville ou par une autre petite entrée de la muraille. Cette dernière se trouve en face de l’église de la Virgen del Agua (1718), utilisée comme église paroissiale à l’après-guerre. Près de cette église, vous trouverez plusieurs demeures seigneuriales et l’ancienne prison, connue sous le nom de Torreón (grande tour). L’ensemble urbain comprend une autre porte d’entrée, dans le second mur d’enceinte, plusieurs grandes demeures datant de l’âge moderne et une fontaine, dotée d’une intéressante sculpture ornementale. Ne manquez pas non plus l’ermitage du Llovedor, situé sur un site spectaculaire, près du village.

Point 5

Quitter Castellote par la rue Marqués de Lema/A-226. Plus loin, tourner à droite vers la route TE-8101 pour rejoindre le barrage.

near_me Point 5

Quitter Castellote par la rue Marqués de Lema/A-226. Plus loin, tourner à droite vers la route TE-8101 pour rejoindre le barrage.

Barrage de Santolea

Le barrage du lac de retenue de Santolea est situé à environ 2 kilomètres au sud de la localité de Castellote, près de la route en direction de Bordón. Ses eaux inondent ce qui fut jadis les terres fertiles de la plaine maraîchère de la petite localité de Santolea, qui lui donne son nom. Sa construction a commencé en 1927 et le lac de retenue a vu le jour en 1932. Il est possible d’accéder en véhicule jusqu’à la partie supérieure du barrage, là où passe l’ancienne route de Castellote à Bordón, en prenant, à la sortie de Castellote, la bifurcation vers Ladruñán et le camping de la localité.

Le bassin de retenue est fondamentalement destiné à l’irrigation, mais durant l’été, il est également utilisé pour des activités de loisirs, telles que le canoë-kayak, le paddle surf, le pédalo et autres petites embarcations, sans oublier la pêche et la baignade.

Aux alentours du bassin, sur le bord de la route qui en fait le tour, vous trouverez plusieurs belvédères qui permettent d’observer la beauté de cette grande masse d’eau entourée d’élégants éperons rocheux calcaires et d’une végétation de pins. Parmi les espèces de poissons qui peuplent le lac de retenue, nous trouvons essentiellement des truites.

Point 6

En quittant le barrage de Santolea, se diriger vers le sud par la TE-8101 et tourner plus loin vers la route TE-V-8215 pour rejoindre Cuevas de Cañart.

near_me Point 6

En quittant le barrage de Santolea, se diriger vers le sud par la TE-8101 et tourner plus loin vers la route TE-V-8215 pour rejoindre Cuevas de Cañart.

Cuevas de Cañart local_hotelrestaurant

Dans cette petite localité, déclarée Ensemble historique, la richesse du patrimoine contraste avec la taille du village, qui compte à peine quarante habitants. Le hameau est entouré d’un côté par de nombreux vergers, et de l’autre, par l’ermitage de Los Poyos, qui se dresse tel un belvédère sur les hauteurs du village. En vous promenant dans le centre historique, vous découvrirez deux couvents : celui des moines de l’ordre des Servites de Marie et celui des franciscaines de l’Immaculée Conception, emblématiques de la localité. Mais d’autres monuments, comme l’église de San Pedro Apóstol (Saint-Pierre-Apôtre), l’ermitage de San Blas, l’ermitage de Los Poyos, la Porte de Marzo, l’ancien four ou encore certaines bâtisses comme Casa Arellano et Casa Moliner ne vous laisseront pas non plus indifférents. Aux alentours, ne manquez pas la chute d’eau de San Juan et à proximité, les curieuses tombes médiévales creusées dans la roche, ainsi que le site de l’Estrecho (le goulet).

Point 7

Quitter Cuevas de Cañart par la Calle Mayor et plus loin, prendre la route TE-V-8215 pour rejoindre Molinos.

near_me Point 7

Quitter Cuevas de Cañart par la Calle Mayor et plus loin, prendre la route TE-V-8215 pour rejoindre Molinos.

Molinos et les Grottes de Cristal local_hotelrestaurant

Molinos se situe au pied du Poyo (puy) Ambasaguas, site sur lequel se trouvait l’ancienne forteresse de l’ordre de Calatrava et où se dresse aujourd’hui la tour-clocher ou tour de l’horloge, l’ermitage de la Soledad (la solitude) et une petite Porte associée à l’ancienne forteresse. À l’entrée de la localité se trouve la surprenante chute d’eau d’Altaoya, qui ne peut être franchie qu’en empruntant un joli pont en pierre de taille, suspendu entre deux rochers escarpés.

Les principaux monuments se concentrent autour de deux belles places contigües à arcades : la Plaza Mayor et la Plaza del Ayuntamiento (place de la mairie) où se dresse l’église de Nuestra Señora de las Nieves (Notre-Dame-des-Neiges), un ouvrage du XVe siècle unique en son genre dans la province de Teruel. L’hôtel de ville, adossé à une ancienne tour de défense, abrite la « salle Eleuterio Blasco Ferrer » (où sont exposées des peintures, sculptures et dessins dont cet artiste a fait don à Molinos). Dans ces rues, vous trouverez également la Porte de San Roque, l’ermitage de San Nicolás (Saint-Nicolas) du XVIIIe siècle et plusieurs demeures seigneuriales.

Le musée du Centre d’interprétation du Parc culturel de Molinos abrite les restes fossiles du plus ancien hominidé d’Aragon : la mandibule d’un représentant primitif de l’Homo sapiens connu comme l’« homme de Molinos ».

Mais Molinos est surtout connue pour le Monument naturel des Grottes de Cristal, un joyau que la nature a créé dans le sous-sol. Il se compose de deux cavités principales reliées entre elles et par l’extérieur par des voies et des passages qui franchissent des dénivelés d’environ 12 mètres au total. En haut, vous découvrirez la Salle de Cristal et ses précieuses formations de stalactites, stalagmites, colonnes excentriques, coulées et draperies. Plus bas se trouve la Salle Marine, où les cristallisations de calcite à l’aspect de corail forment un décor unique d’apparence sous-marine.

Les grottes sont des formes karstiques internes, excavées par la lente dissolution du calcaire par les eaux souterraines. Plus tard, l’effet contraire, c’est-à-dire la recristallisation du carbonate de calcium dissous, a développé à l’intérieur de nouvelles masses de calcite sous forme de stalactites et de stalagmites.

Point 8

En quittant Molinos, prendre la TE-41 et la A-1702 et parcourir 20,5 km pour rejoindre Ejulve.

near_me Point 8

En quittant Molinos, prendre la TE-41 et la A-1702 et parcourir 20,5 km pour rejoindre Ejulve.

Eljuve local_hotelrestaurant

En pleine transition vers les sierras du Maestrazgo, Ejulve se dresse sur une colline au pied de la sierra Majalinos, près de la rivière Guadalopillo. La localité se caractérise par un environnement naturel paradisiaque : le territoire communal regorge de pentes abruptes et de précipices rocheux, de paysages souterrains de grottes et de gouffres, de nombreuses sources et d’arbres spectaculaires.

Ses rues labyrinthiques montent et descendent le long de la colline couronnée par l’église de Santa María la Mayor (Sainte-Marie-la-Grande). L’édifice fut construit au XVIe siècle dans un style de transition entre le gothique et le style Renaissance. Un autre de ses édifices emblématiques est l’hôtel de ville, un beau bâtiment du XVIe siècle soutenu par un parvis à quatre arcs. La localité nous offre également de beaux exemples d’architecture populaire, de bâtiments civils et de belles demeures sobres et élégantes, comme la Casa Felicitas, le bâtiment de l’ancien hôpital ou encore l’ancienne « auberge de la place », la Posada de la Plaza.

L’espace dénommé « Masías de Ejulve », au sud de la commune, permet de connaître l’habitat dispersé des fermes (les masías) de la province de Teruel et découvrir un patrimoine naturel, culturel et historique de grande valeur en suivant d’anciens sentiers parfaitement balisés.

La beauté de son environnement urbain, de son environnement naturel, et surtout de ses fermes typiques, fait qu’Ejulve s’inscrit dans le cadre du Parc naturel du Maestrazgo.

Point 9

Quitter Ejulve par la route A-1702 pour ensuite suivre la A-1403 jusqu’à Aliaga.

near_me Point 9

Quitter Ejulve par la route A-1702 pour ensuite suivre la A-1403 jusqu’à Aliaga.

Aliaga local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Le nom d’Aliaga dérive de l’arabe Alulgha (qui signifie « vallée tordue »). À l’époque médiévale, cette localité était située à la limite orientale du royaume de la Taïfa d’Albarracín. En 1163, Alphonse II reconquit la place d’Aliaga et la confia à l’ordre militaire des Hospitaliers, qui décida d’y établir sa commanderie en 1180. Ce fut également une importante place carliste et vers 1838, le général Cabrera dota le château arabe du XIIe siècle de nouvelles fortifications.

Aliaga possède un remarquable Parc géologique, un espace naturel doté d’un belvédère, du haut duquel vous pourrez contempler les 200 derniers millions d’années de l’histoire de notre planète. Certaines de ses magnifiques formations et structures géologiques, modelées en reliefs spectaculaires, sont considérées par les scientifiques comme des exemples presque uniques au monde.

Parmi les autres sites d’intérêt, ne manquez pas le Centre d’interprétation des mines de Santa Bárbara, le sanctuaire de la Virgen de la Zarza, les cascades de La Clara et La Tamborera, et sur la rivière Guadalope, la gorge de la Hoz Mala (« gorge mauvaise »), les sites de la Boca del Infierno (bouche de l’enfer) et les Estrechos de Valloré (goulets de Valloré)

Point 10

Quitter Aliaga en empruntant la A-1403 et parcourir 9,2 km pour rejoindre Hinojosa de Jarque.

near_me Point 10

Quitter Aliaga en empruntant la A-1403 et parcourir 9,2 km pour rejoindre Hinojosa de Jarque.

Hinojosa de Jarque local_hotel

Hinojosa se situe au sud de la sierra de San Just et au nord de la rivière La Val.

L’édifice le plus singulier de Hinojosa de Jarque est l’ermitage del Pilar, qui se trouve à proximité du village et qui a été déclaré Bien d’intérêt culturel. L’église paroissiale fut reconstruite en 1960 et conserve toutefois quelques éléments de l’ouvrage d’origine. L’ermitage de Santo Domingo de Guzmán et l’ermitage del Beato (du dévot) complètent l’architecture religieuse de la localité. L’hôtel de ville présente une structure particulière en forme de « L » et suit pour le reste un plan caractéristique avec un parvis-fronton. L’architecture civile est représentée par de grandes bâtisses, dont certaines sont des demeures seigneuriales, ornées de blasons. Le village de Cobatillas, rattaché à Hinojosa, présente une intéressante architecture populaire.

Aux alentours, vous pouvez visiter le Parc des sculptures, qui regroupe, en plein air, un ensemble d’œuvres de différents artistes. Ces œuvres sont l’expression de la culture populaire, des pensées et des sentiments des habitants, de leurs coutumes et traditions.

Tout près de Hinojosa, vous trouverez la localité de Cuevas de Almudén, près de la rivière El Caño et du sentier fluvial du même nom.

Point 11

En partant de Hinojosa, emprunter la A-1403 jusqu’à la N-420 et parcourir 19,8 km pour rejoindre Escucha.

near_me Point 11

En partant de Hinojosa, emprunter la A-1403 jusqu’à la N-420 et parcourir 19,8 km pour rejoindre Escucha.

Musée de la mine d’Escucha restaurant

Escucha est située dans le Haut-Aragon, dans la sierra de San Just, un ensemble anticlinal constitué sur un socle datant du Crétacé inférieur, qui contient d’importants gisements de lignite. La population de la commune a augmenté dans les années 60 et 70, en raison de la construction d’une centrale thermique en 1970, qui a cessé son activité en 2012.

Le secteur minier a constitué le principal support de l’économie de cette localité depuis le XVIIIe siècle, une activité qui a laissé des traces dans l’histoire, le paysage, le patrimoine et l’état d’esprit des habitants.

La récupération de ce patrimoine minier nous permet de découvrir des lieux comme le Musée de la mine d’Escucha, où vous pourrez vous sentir comme un véritable mineur, dans un parc thématique et de loisirs, pensé pour toute la famille. Le musée vous propose de vivre une aventure dans une vraie mine, à plus de 200 mètres de profondeur (le seul endroit en Espagne où les visiteurs peuvent descendre dans une véritable mine de charbon).

La visite du Centre d’interprétation des mines de Pozo Pilar, à 5 minutes à pied du Musée de la mine, vous permettra de connaître l’entrepôt, les bureaux, la lampisterie, le laboratoire, l’infirmerie et autres dépendances de l’ancienne entreprise minière Minas y Ferrocarril de Utrillas (MFU), ainsi que la partie inférieure du chevalement de 52 m.

Point 12

En partant d’Escucha, suivre la direction N-420 (indications pour Utrillas/Alcañiz/Tarragone) et parcourir 5,1 km pour rejoindre Utrillas.

near_me Point 12

En partant d’Escucha, suivre la direction N-420 (indications pour Utrillas/Alcañiz/Tarragone) et parcourir 5,1 km pour rejoindre Utrillas.

Utrillas local_hotellocal_gas_station

L’activité minière a été fondamentale pour cette localité. Dès le XIe siècle, des matériaux tels que le jais étaient recherchés à Utrilla et c’est à partir du XVIIIe siècle que commença l’extraction à grande échelle.

Pour récupérer ce patrimoine minier, un Parc thématique de la mine a été créé, dans le puits de Santa Bárbara, un complexe qui permet de découvrir d’anciens éléments réhabilités, tels que le chevalement, les chaudières, la salle des machines, la lampisterie et les douches. Vous découvrirez également les anciennes écoles construites pour les enfants de mineurs, une exposition des outils utilisés dans la mine (qui met notamment en évidence l’évolution de la lampisterie) et une exposition sur les découvertes paléontologiques les plus importantes à Utrillas.

Le train minier d’Utrillas est un chemin de fer historique à vocation touristique qui parcourt une partie de l’ancienne voie minière qui traversait cette localité de la province de Teruel de 1904 à 1969.

Le Centre d’accueil des sciences et de l’archéologie minières, situé dans l’ancien hôpital de l’entreprise M.F.U., est une visite incontournable pour les amateurs d’histoire des mines et du chemin de fer.

Non loin d’Utrillas, en partant de la localité de Las Parras de Martín, vous pourrez faire une belle excursion sur un sentier qui suit l’ancienne voie reliant Las Parras de Martín à Martín del Río : la route de Hocino del Pajazo (PR-TE 41). En partant de Las Parras de Martín, cet itinéraire passe par les deux goulets (« hocino », ou petite gorge) formés sur le cours de la rivière Las Parras. Vous pouvez aussi commencer l’itinéraire à Martín del Río et suivre la piste en direction du lac de retenue de Las Parras, jusqu’au bout du chemin. De là, un sentier vous mènera jusqu’à la cascade del Pajazo. La première option est plus longue, la seconde est une petite promenade.

Tout le long du parcours, vous pourrez apprécier l’un des environnements naturels les plus spectaculaires de la région : la cascade et la grotte de Las Palomas, la cascade del Pajazo et une intéressante architecture populaire dans le hameau de El Pajazo.

Point 13

Quitter Utrillas par l’avenue Valencia / N-420 et sans quitter cette route, continuer sur 6,3 km jusqu’à Montalbán.

near_me Point 13

Quitter Utrillas par l’avenue Valencia / N-420 et sans quitter cette route, continuer sur 6,3 km jusqu’à Montalbán.

Montalbán local_hotelrestaurantlocal_gas_station

Cette localité se situe sur les rives de la rivière Martín, sur le versant nord de la sierra de San Just. La petite ville s’étend au pied du mont Albano, dont elle tire son nom. Sur les hauteurs de ce mont se dresse un vaste ensemble monumental formé d’un château et d’un couvent, qui fut détruit pendant la première guerre carliste. Mais l’un des ouvrages qui a résisté au passage du temps est l’impressionnante église, construite sur le flanc de ce mont et qui complète l’ensemble précédent. Le somptueux temple de Santiago, à l’apparence d’une forteresse, est un bel édifice de style gothique mudéjar, déclaré Monument historique. Construit en pierre de taille et en brique, de style mudéjar, il impressionne par ses grandes dimensions.

À l’extérieur, vous remarquerez les contreforts au-dessus du toit des chapelles : en forme de prisme au niveau de la nef et de forme octogonale au niveau du chevet, ils sont ornés de briques et de céramiques vertes qui reproduisent les croix de l’ordre de Santiago (ou Saint-Jacques de l’Épée).

La localité fait partie de l’une des communes appartenant au Parc culturel de la rivière Martín et une enclave privilégiée pour l’observation astronomique, avec la présence d’un Observatoire-Planétarium astronomique. Le Centre d’interprétation de la géologie et de la spéléologie vous offrira une information détaillée sur les points d’intérêt géologique que vous pourrez trouver sur ce territoire communal.

Point 14

En quittant Montalbán, prendre la direction du nord vers Peñarroyas.

near_me Point 14

En quittant Montalbán, prendre la direction du nord vers Peñarroyas.

Peñarroyas local_hotel

Peñarroyas est une commune rurale rattachée à Montalbán, située sur la rive gauche de la rivière Martín. Cette belle localité doit son nom à la couleur rougeâtre des rochers (peñas) abrupts qui composent les formations de grès rouge du Buntsandstein, au pied desquelles s’est développée Peñarroyas. On remarquera la présence d’édifices en pierre de taille de grès rouge et l’abondance de belvédères et points de vue panoramiques sur les hauteurs, qui font que la localité est totalement intégrée dans le paysage.

Peñarroyas fait partie du Parc culturel de la rivière Martín, qui offre des témoignages artistiques de diverses époques, avec des découvertes préhistoriques telles que les gravures des puits Boyetes.

Sur la place se dressent les deux édifices les plus remarquables : l’ancien hôtel de ville et l’église de Santa María la Mayor (Sainte-Marie-la-Grande). Dans l’hôtel de ville, vous pourrez découvrir, au premier étage, les anciennes écoles de la localité, des années 40 et 50, qui ont été réhabilitées.

Peñarroyas présente des caractéristiques géomorphologiques, paysagères et naturelles d’un grand intérêt, avec plusieurs itinéraires pour les amateurs de randonnée, dont le sentier touristique GR-262, ainsi que plusieurs points d’intérêt géologique.

 

Point 15

En quittant Peñarroyas, prendre la direction Montalbán. Puis suivre la N-211 et la A-2401 jusqu’à Segura de Baños.

near_me Point 15

En quittant Peñarroyas, prendre la direction Montalbán. Puis suivre la N-211 et la A-2401 jusqu’à Segura de Baños.

Segura de Baños local_hotelrestaurant

Segura de Baños est située au sud de la Muela de Anadón, un plateau près de la source de la rivière Aguas Vivas. Le village est curieusement situé entre deux monticules et s’étend sur leurs flancs. Segura conserve aujourd’hui encore sa structure médiévale, ses maisons en pisé – dont certaines blanchies à la chaux – avec des toitures en tuile de grès rouge. Au centre-ville, on remarquera également l’église de San Juan Bautista (Saint-Jean-Baptiste), le lavoir et l’ermitage de la Virgen del Pilar.

L’histoire de Segura est étroitement liée à l’eau et à la présence de la station thermale de Baños de Segura. Située à 5 km de la commune, cette station thermale se trouve dans un lieu pittoresque, près de la source de la rivière. L’eau des sources jaillit d’une gorge de la rivière, au cœur d’un site naturel spectaculaire. Ces eaux minérales aux propriétés médicinales étaient déjà exploitées au XVIIIe siècle. La station thermale a fermé ses portes en 1983 pour les rouvrir en 2017, transformée en lieu d’hébergement de luxe. Un havre de paix et de tranquillité dans des installations inégalables.

Parmi les sites offrant des paysages pittoresques et des vues panoramiques spectaculaires figurent les suivants : La Planilla, Las Coronas, appartenant à la Muela de Segura, Peñadelgada (structure monoclinale et verticale dont les strates de roche calcaire, en forme d’aiguilles, rappellent celles des Órganos de Montoro, dans la même chaîne de montagnes).

Fin de l'itinéraire

En quittant Segura de Baños, suivre la A-2511 et la A-2513 et parcourir 24,9 km pour rejoindre Olalla.

near_me Fin de l'itinéraire

En quittant Segura de Baños, suivre la A-2511 et la A-2513 et parcourir 24,9 km pour rejoindre Olalla.

Olalla local_hotel

Cette localité se situe en pleine nature, aux pieds de la sierra de Pelarda, au cœur de forêts de genévriers, de chênes et de pins. Olalla abrite l’une des forêts de genévriers thurifères les mieux conservées d’Aragon, avec plusieurs exemplaires centenaires.

Sa première église paroissiale fut érigée sur une petite colline qui dominait la localité. Apparemment, l’ancienne église fut abandonnée au XVIIIe siècle, lors de la construction de l’église actuelle dans la partie inférieure de la ville. De cette ancienne église, il ne reste aujourd’hui que la tour, un des exemples les plus remarquables de tour mudéjar du XVIe siècle, qui se distingue par la beauté de ses ornements. Elle est formée d’un premier corps carré et de quatre autres de forme octogonale. On remarquera notamment l’ornementation extérieure de la partie haute du corps inférieur carré et du premier corps octogonal, qui présente des pans de murs aveugles, ornés d’une profusion de losanges d’une grande beauté plastique. La tour est déclarée Monument historique et artistique, Bien d’intérêt culturel, et elle fait partie des éléments du Mudéjar de l’Aragon, déclaré Patrimoine mondial de l’UNESCO